samedi, novembre 20, 2010

Trenet et Palmade sont sur un bateau


Suite au grand "nettoyage" que j'ai dû faire en prévision de la fouille honteuse de nos locaux par des galapiats en képi, des aigres-fins assermentés, des ignobles gouapes, représentants de cette justice bégueule qui s'est octroyé le droit de juger nos moeurs et la façon, soi-disant, agressive dont nous faisons du prosélytisme;
je suis à nouveau tombé sur quelques photos d'archives que voici:

Sur la première on peut voir Martin et moi même sous le charme (amical) de cet éphèbe qu'est Fred "Adonis" Phoenix qui suinte le charisme et la magnificence comme personne.
La virilité transpire de ce cliché mais pour être sûr qu'il n'y ai pas de confusion on l'a réécrit sur la photo.
Car confusion, il y eu souvent, comme se fut le cas lors de la tournée de notre spectacle de doom-ballet "la porte de derrière" (voir affiche ci-dessous) qui fut interpreté de façon biaisée par des hurluberlus s'espérants encore au temps de Sodome, Gomorrhe, Trenet, Palmade & co
Pour la dernière fois: le chauffage du mobil-home était totalement 100% capoutte et il faisait très froid cette nuit là, et chacun sait que la promiscuité masculine n'a jamais tué quiconque contrairement aux températures légerement au dessus de sept degrés qui font chaques années une demi sixaine de victimes.

Bon, c'est tout pour cette fois-ci les p'tits loups (bars),
vivez à cent à l'heure, écoutez du wock'n'wowl et pour la santé de votre bidou, vérifiez les dates de péremption de votre nou-nou-nou... nourriture !!!


lundi, novembre 15, 2010

wild animals with weapons death fight

Face à la prochaine perquisition que la gendarmerie nationale viendra faire vendredi à la rédaction de votre fanzine favori, je m'attelais à faire le "ménage", déchiquetant des documents embarassants et brulant des photos jugées "tendancieuses" par l'esprit étriqué de la justice européenne, quand je suis tombée sur des vieilles photos de l'équipe de la rédac' qui raviront les plus nostalgiques d'entre vous.

Sur la première vous pouvez admirer ce petit groupe d'hommes qui ont fait le bonheur de millions de lecteurs avides de calembours et de blagues sur la différence entre les arabes et d'autres choses et le malheur des bolchéviques durant le maccarthysme,
vous aurez, je suppose, réconnu Fred Phoenix, Mes sous vetements sont propres, Mortis Ghost & Pilsner Korv, le quatuor le plus populaire de l'histoire devant les tortues ninjas, les chevaliers de l'apocalypse et SanGoku 4.

La seconde date d'un des échanges ouest-est que nous faisions à l'époque après que Pilsner Korv nous ai promis "vieux alcools et très jeunes filles discount contre informations recette sirop Liège"
Pilsner était d'ailleurs resté bloqué 47 jours à la frontière hongroise suite à un imbroglio assez cocasse après qu'afin de maintenir la bonne humeur au sein du groupe, nous l'avions dénoncé pour proxénétisme (ce qui était en partie vrai) et conspiration envers l'empire hongrois, ce qui explique son absence sur ce cliché et nos airs enjoués et taquins.


PS: nous cherchons une maison d'acceuil temporaire pour Hector6 le kangourou borgne de combat et Zappo le singe arbalétrier le temps que toutes ces histoires se tassent, merci de nous contacter au plus vite à wildanimalswithweaponsdeathfight@yahoo.pl
merci pour eux

samedi, novembre 13, 2010

In bed with Fred Phoenix
























Salut bande de tarlouzes hémophiles, c'est moi Fred Phoenix
Il est grand temps de tirer votre bite de l'oreille de votre "ami particulier" car je le répéterai pas deux fois, Fred Phoenix.
Je suis détective, souvent la nuit et plus particulierement dans les rues brumeuses et mal famées que j'arpente avec mon gros flingue toujours prêt à tirer un coup, et ne croyez pas que je parle de mon ziguigui, hahahaha cervelles de babouins que vous êtes, non, j'aurais dit énorme bazooka à 1000 coups si j'avais dû décrire mon organe masculin encore fumant de ma dernière performance sexuelle de 6h avec ta soeur et 4 danseuses du CrazyHorse.

Mais je manque à tout mes devoirs, je me présente Fred Phoenix, celui que toute la francophonie appelle avec respect et crainte "le parfait", celui que ces médiants d'hispaniques nomment "el perfecto" et ces pédérastes d'anglo-saxons baptisent "the smelling poo melon's head detective" ce qui signifie, selon mes sources, "le très fort avec une belle tête detective", après faut remettre les mots dans l'ordre bien sûr mais on comprend l'idée.

Tiens le facteur est passé, je vais ouvrir une des centaines de lettres de groupies que je reçois chaque heure (j'ai un service pour moi seul à la poste car je reçois beaucoup plus de lettres que les gens fâdes et chiants comme vous), alors au hasard:
"Fred Phoenix (c'est moi, ndlr) mon amour,
Je pense tout le temps à toi Fred Phoenix,
je m'appelle Monica, j'ai 21 ans et souvent avec mes 47 copines du club de beach volley on caresse nos peaux de pêche en murmurant "mmmmmh Fred Phoeniiiiiiiix" ou "viens par ici détective musclé au corps taillé dans le silex" ou encore "oulala Fred, tu t'appelles Phoenix"
la suite est un peu trop intime pour que je vous la livre ici mais sachez qu'elle parle de mon énorme bazooka et d'une "fête" en mon honneur au club de beach-volley vendredi prochain

Un jour un grand homme m'a dit "Bonjour, je suis Fred Phoenix" c'était moi car j'aime dire mon nom régulièrement car il sonne diablement bien,
vous savez à ma naissance, quand je suis sorti de la moule de ma mère, elle dit "oh tu es parfait et tellement (et étrangement) musclé mon petit emmanuel" à cet instant j'ai tranché mon cordon ombilical d'un coup de dent puis je lui est mis mon 6 coups entre les deux yeux et je lui ai dit "emmanuel est un nom de sidaïque repugnant et famélique, je te fais sauter ta caboche de bonne femme si tu oses m'appeler encore une fois comme ça, capiche? Je suis Fred Phoenix"
Ensuite je me suis tapé la sage femme à la poitrine ferme et provocante et sa stagiaire de 18ans.
Hahaha j'étais tellement chou étant enfant.










Bien des choses ont changé depuis mais pas mon nom, Fred Phoenix, ni mon aversion pour ce minable fils de catin qu'est Rick Hunter.
Il croit depuis bien des années maintenant, avoir gagné une bataille dont il ne comprend pas l'ampleur;
certes cette minuscule fiente de pigeon rempli de poux a -il y a de ça longtemps- déféqué dans mes patins à roulettes Diplodos, et depuis il croit m'avoir humilié mais il n'a juste pas encore comprit l'envergure de mon machiavelisme: j'avais parfaitement vu le caca avant de mettre mon pied dedans et les pleurs qui ont suivis étaient des factices, je lui est cédé une mince victoire pour pouvoir mieux mener une contre offensive qui sera bien plus dévastatrice que sa pathétique blague scatologique.
J'ai berné tout le monde pour pouvoir savourer ma vengeance sur ce lamentable mongolito qui croit dans sa noire bétise, m'avoir fait subir un camouflet lors du concours de talents devant ma classe, tout les élèves de l'école et leurs parents, le jury ainsi que les téléspectateurs de la télévision locale et les journalistes de la presse communale,
Hahahaha quel crétin, personne ne bat Fred Phoenix (c'est moi),
je suis vif comme un lièvre, agile comme un chat et coriace comme un chat radioactif ou un daim robot fabriqué par un scientifique fou dans une grotte grâce à l'énergie de la foudre lors d'une pleine lune et là il dirait avec un accent slave "ils m'ont traités de fou à l'école de robotique, -rires-, alors c'est qui le fou maintenant" et après il voudrait apprendre au daim à tuer mais ce renderait compte que finalement il est heureux avec le daim robot et il lui apprendrait à jouer au badminton, puis le daim robot -devenu super balèze au badminton- s'inscrirait dans une compétition mondiale mais devrait se déguiser comme Denver le dernier dinosaure car on accepte pas les robots dans les compéts de badmin' puis il gagnerait mais serait démasqué lors de la remise des prix, alors l'armée serait envoyée et tuerait le daim robot et le scientifique il dirait en tenant le daim robot dans ses bras "pourquoi, pourquooooiiiiiiii, il voulait juste s'integrer, être comme tout le monde, vivre sa passion du badmin' comme un humain normal, ce n'était pas un monstre, il avait un coeur, un coeur contrairement à vous, buhuhuhu (c'est des pleurs, ndlr), c'est vous les monstres, c'était mon seul ami dans ce monde cruel, mon seul ami" puis le daim robot deviendrait de la poussière puis s'envolerait au loin, puis on verait un tas de poussière avec une fleur qui pousse dessus, ce serait très émouvant comme histoire


Bon c'est pas tout ça mais je dois aller faire des prouts dans la boite aux lettres de Rick Hunter,


















PS: Je m'appelle Fred Phoenix


PPS: FRED PHOENIX

mercredi, novembre 10, 2010

Nous sommes en l'an 6236.

L'espace est votre champ de bataille et des forces destructrices sont vos ennemies. Le Space Harrier, encore une fois, doit s'attaquer à d'autres crises dans le cadre du Space Harrier. Mais, cette fois-ci, l'appel de détresse vient d'un endroit lointain de l'univers, le 214ème secteur, qui se trouve à des années lumières de votre vaisseau. Toutefois, vous êtes armé de la "Porte Cosmique", un système spécial de téléportation qui vous rend sur les lieux en un instant. Et ce que vous voyez est désastreux.

Fantasyland est méconnaissable. Par contre, ce qui est clair, c'est que des forces ennemies viennent vers vous de toutes parts. Et vous êtes seul avec votre laser. Votre mission va être difficile et dépend de la position sur On ou Off de votre canon rapide. Suivez le chemin de la victoire en restant en dehors de la ligne de feu et en tirant droit. Le chemin est long, horrible, mais celui qui y survit a l'étoffe d'un véritable héros.



AU SECOURS ! Mais attendez, du secours arrive ! L'héroïque Busard de l'Espace se jette dans leur chaîne temporelle par une téléportation intergalactique.