samedi, novembre 13, 2010

In bed with Fred Phoenix
























Salut bande de tarlouzes hémophiles, c'est moi Fred Phoenix
Il est grand temps de tirer votre bite de l'oreille de votre "ami particulier" car je le répéterai pas deux fois, Fred Phoenix.
Je suis détective, souvent la nuit et plus particulierement dans les rues brumeuses et mal famées que j'arpente avec mon gros flingue toujours prêt à tirer un coup, et ne croyez pas que je parle de mon ziguigui, hahahaha cervelles de babouins que vous êtes, non, j'aurais dit énorme bazooka à 1000 coups si j'avais dû décrire mon organe masculin encore fumant de ma dernière performance sexuelle de 6h avec ta soeur et 4 danseuses du CrazyHorse.

Mais je manque à tout mes devoirs, je me présente Fred Phoenix, celui que toute la francophonie appelle avec respect et crainte "le parfait", celui que ces médiants d'hispaniques nomment "el perfecto" et ces pédérastes d'anglo-saxons baptisent "the smelling poo melon's head detective" ce qui signifie, selon mes sources, "le très fort avec une belle tête detective", après faut remettre les mots dans l'ordre bien sûr mais on comprend l'idée.

Tiens le facteur est passé, je vais ouvrir une des centaines de lettres de groupies que je reçois chaque heure (j'ai un service pour moi seul à la poste car je reçois beaucoup plus de lettres que les gens fâdes et chiants comme vous), alors au hasard:
"Fred Phoenix (c'est moi, ndlr) mon amour,
Je pense tout le temps à toi Fred Phoenix,
je m'appelle Monica, j'ai 21 ans et souvent avec mes 47 copines du club de beach volley on caresse nos peaux de pêche en murmurant "mmmmmh Fred Phoeniiiiiiiix" ou "viens par ici détective musclé au corps taillé dans le silex" ou encore "oulala Fred, tu t'appelles Phoenix"
la suite est un peu trop intime pour que je vous la livre ici mais sachez qu'elle parle de mon énorme bazooka et d'une "fête" en mon honneur au club de beach-volley vendredi prochain

Un jour un grand homme m'a dit "Bonjour, je suis Fred Phoenix" c'était moi car j'aime dire mon nom régulièrement car il sonne diablement bien,
vous savez à ma naissance, quand je suis sorti de la moule de ma mère, elle dit "oh tu es parfait et tellement (et étrangement) musclé mon petit emmanuel" à cet instant j'ai tranché mon cordon ombilical d'un coup de dent puis je lui est mis mon 6 coups entre les deux yeux et je lui ai dit "emmanuel est un nom de sidaïque repugnant et famélique, je te fais sauter ta caboche de bonne femme si tu oses m'appeler encore une fois comme ça, capiche? Je suis Fred Phoenix"
Ensuite je me suis tapé la sage femme à la poitrine ferme et provocante et sa stagiaire de 18ans.
Hahaha j'étais tellement chou étant enfant.










Bien des choses ont changé depuis mais pas mon nom, Fred Phoenix, ni mon aversion pour ce minable fils de catin qu'est Rick Hunter.
Il croit depuis bien des années maintenant, avoir gagné une bataille dont il ne comprend pas l'ampleur;
certes cette minuscule fiente de pigeon rempli de poux a -il y a de ça longtemps- déféqué dans mes patins à roulettes Diplodos, et depuis il croit m'avoir humilié mais il n'a juste pas encore comprit l'envergure de mon machiavelisme: j'avais parfaitement vu le caca avant de mettre mon pied dedans et les pleurs qui ont suivis étaient des factices, je lui ai cédé une mince victoire pour pouvoir mieux mener une contre offensive qui sera bien plus dévastatrice que sa pathétique blague scatologique.
J'ai berné tout le monde pour pouvoir savourer ma vengeance sur ce lamentable mongolito qui croit dans sa noire bétise, m'avoir fait subir un camouflet lors du concours de talents devant ma classe, tout les élèves de l'école et leurs parents, le jury ainsi que les téléspectateurs de la télévision locale et les journalistes de la presse communale,
Hahahaha quel crétin, personne ne bat Fred Phoenix (c'est moi),
je suis vif comme un lièvre, agile comme un chat et coriace comme un chat radioactif ou un daim robot fabriqué par un scientifique fou dans une grotte grâce à l'énergie de la foudre lors d'une pleine lune et là il dirait avec un accent slave "ils m'ont traités de fou à l'école de robotique, -rires-, alors c'est qui le fou maintenant" et après il voudrait apprendre au daim à tuer mais ce renderait compte que finalement il est heureux avec le daim robot et il lui apprendrait à jouer au badminton, puis le daim robot -devenu super balèze au badminton- s'inscrirait dans une compétition mondiale mais devrait se déguiser comme Denver le dernier dinosaure car on accepte pas les robots dans les compéts de badmin' puis il gagnerait mais serait démasqué lors de la remise des prix, alors l'armée serait envoyée et tuerait le daim robot et le scientifique il dirait en tenant le daim robot dans ses bras "pourquoi, pourquooooiiiiiiii, il voulait juste s'integrer, être comme tout le monde, vivre sa passion du badmin' comme un humain normal, ce n'était pas un monstre, il avait un coeur, un coeur contrairement à vous, buhuhuhu (c'est des pleurs, ndlr), c'est vous les monstres, c'était mon seul ami dans ce monde cruel, mon seul ami" puis le daim robot deviendrait de la poussière puis s'envolerait au loin, puis on verait un tas de poussière avec une fleur qui pousse dessus, ce serait très émouvant comme histoire


Bon c'est pas tout ça mais je dois aller faire des prouts dans la boite aux lettres de Rick Hunter,


















PS: Je m'appelle Fred Phoenix


PPS: FRED PHOENIX

4 commentaires:

Rufus a dit…

Oh, je sens d'où vient l'inspiration...! Un certain blog d'un certain phénomène web qui a récemment gagné une émission de télé non pas moins phénoménale. :p

J'ai juste?

eXaHeVa a dit…

J'ai tout lu avidement.

Nikopoll a dit…

Extra génial!

Fred Phoenix, détective (c'est moi) a dit…

@ cette tapette de Rufus : heu...

@ ce moins que rien d'Exaheva : heu ... merci

@ mon vieil ami Nikopoll : je n'ai pas le temps de te parler, je me bat actuellement contre un ours nazi sur l'aile d'un avion en feu (mais, bien heureusement, à l'arrêt). Je suis Fred Phoenix.

Et, à propos, le daim robot a été cloné en plastique thermoformé, et là, même que le scientifique comprend son erreur, puis il va boire une soupe aux radis qu'il avait fait la veille, et qu'il avait pas su finir parce qu'il avait mangé trop de chips aux oignons. Après il fait une exposition avec des animaux thermoformés, un peu comme Fernand Picasso, ou étais-ce Pablo ? Je ne sais plus, j'ai bien connu un Fernand, ah, le Fernand ! Toujours le mot pour rire !!

Je suis FRED PHOENIX.

Je vous laisse, je vais me moucher dans le paillasson de Rick Hunter.